Je fais des festivals, des carnivals, des mariages et de gros spectacles. Je performe la magie de dexterité, du mentalisme, de l’illusion puis un peu de comédie aussi parce que tout le monde aime ça.

En 2003, j’ai suis allé seul à Montréal. Le jour, je faisais de la magie, puis la nuit, je travaillais. Je suis revenu auprès de ma famille et je suis allé voir la CBDC. Ils m’ont donné les ressources nécessaires pour commencer ma propre entreprise.

David Copperfield met en moyenne 2 ans et demi pour créer un nouveau tour de magie.

Je crois que ce qui détermine un bon magicien, c’est son charisme. Deuxièmement, la perseverance. Aussi, il faut avoir beaucoup de confiance et être très créatif.

L’endroit que je préfère pour pratiquer, c’est devant un mirroir, parce que je vois qu’est-ce que les gens voient. Mais je pense que le meilleur endroit, c’est tout simplement en public. Et c’est aussi ma façon de faire ma publicité.

Dès l’ouverture de l’entreprise, j’ai commencé à engager des gens. Un technicien de la lumière, un technicien du son, des assistantes, mais ça dépend toujours du spectacle ou de la présentation.

Considéré comme étant le deuxième plus vieux métier du monde, la magie était pratiquée en 2600 avant JC.

Les prix diffèrent vraiment. En bas d’une scène, je vais être payé de 150$ à 300$. Pour aller sur la scène, on parle de 1 000$, 2 000$ dépendant, s’il y a des techniciens à payer ou non. Faire de la magie, c’est ma façon de connecter avec les gens. C’est ce qui me fait vivre tout le temps. Même je pourrais dire que divertir des gens, me divertit.